INTERVIEW DE XAVIER COMBET

28 octobre 2016

"L'envie de passer sur la scène mondiale est bien là..."

En passant de la Renault Megane Trophy à l’European Le Mans Series, le Thiriet by TDS Racing savait que la marche serait importante. Il en faudrait plus pour décourager les troupes de Xavier Combet et Jacques Morello qui se sont vite imposées comme l’une des équipes de pointe de la catégorie LM P2. Plutôt que de brûler les étapes, l’écurie basée dans la banlieue de Montpellier s’est forgée aux 24 Heures du Mans par la Journée Test avant d’aller briller au Petit Le Mans à l’automne 2012 où l’ORECA 03 des frenchies est venue troubler les Américains sur leurs terres en ramenant le titre européen.

Depuis cette date, le Thiriet by TDS Racing a toujours répondu présent pour jouer la gagne. Avec trois victoires cette saison, l’ORECA 05 #46 de Pierre Thiriet, Mathias Beche et Ryo Hirakawa devait repartir du Portugal avec la couronne, mais la mécanique en a décidé autrement. La place de vice-champion a de quoi laisser un goût amer aux sudistes qui vont repartir au combat en 2017 sur un (ou des) championnat(s) qui reste à être confirmé(s). Xavier Combet, co-propriétaire du team, a fait le point avec nous sur la saison écoulée avant d’attaquer la nouvelle qui passera par l’engagement d’une ORECA 07.

 

La place de vice-champion est dure à accepter ?

« Quand on fait du sport automobile, on est confronté à des hauts et des bas. On ne s’attendait pas à un tel final, mais c’est la course qui rend son verdict. C’est la première saison que nous avons eu l’opportunité de faire rouler un trio Platinum/Gold/Silver, ce qui nous a permis d’avoir un profil identique à nos adversaires principaux. Travailler avec Ryo était intéressant à plusieurs titres. On doit sa venue au programme Toyota Driver Programme qui permet de former un jeune pilote talentueux pour aller jusqu’en LM P1. C’est la première fois que nous collaborions avec un constructeur. C’était très enrichissant sur le plan personnel. Retrouver Mathias a été un autre point positif. Il fait partie de la famille TDS et son apport de la catégorie LM P1 privée a été un plus pour nous. A chaque course, nous avons été en mesure de nous battre pour la victoire. Certes, nous ne repartons pas avec le titre, mais nous avons la satisfaction d’avoir tout donné tout au long de la saison. »

 

Pierre a franchi une nouvelle étape ?

« Pierre nous fait confiance depuis l’époque de la Megane Trophy et c’est une belle satisfaction que de pouvoir l’accompagner en LM P2 depuis nos débuts. Nous avons grandi ensemble. La relation va bien plus loin que pilote/équipe. Pierre a progressé au fil des saisons, ce que l’on demande à un gentleman. Il remplit parfaitement son rôle de pilote le week-end avant de retourner au travail le lundi avec des journées bien remplies. »

 

La saison avait plutôt bien débuté…

« La course de  Silverstone a causé bien des déboires, même si la pole décrochée par Mathias quelques minutes avant les concurrents du FIA WEC a permis de montrer que nous étions plus rapides que nos amis du WEC. Il faut retenir les belles prestations d’Imola, du Red Bull Ring et du Paul Ricard qui a vu l’arrivée de Mike Conway qui a amené un regard différent. Nous n’avions encore jamais travaillé avec un pilote LM P1 en activité. Sur nos terres et celles d’ORECA, le team a gagné avec la manière : pole, victoire, meilleur tour en course. La manche de Spa a été perturbée par le safety-car et Estoril, on connaît la fin. Sur six départs, nous avons 2 poles, 3 victoires et 5 départs depuis la 1e ligne. Le championnat est très relevé et cela fait plaisir de se battre à chaque fois pour la victoire. »

 

La suite passera par le FIA WEC ?

« C’est la suite logique mais il faut pour cela réunir tous les ingrédients. On travaille sur un programme qui reste à être finalisé. L’envie de passer sur la scène mondiale est bien là… »

 

Sans programme GT, TDS Racing a tout de même gardé un pied en GT3…

« Jacques (Morello) a eu l’occasion de travailler à plusieurs reprises chez I.S.R en Blancpain GT Series, ce qui a aidé l’équipage à bien figurer aux 24 Heures de Spa avec une 2e place en Pro-Am, de se battre pour le titre et de permettre à Franck Perera de décrocher la pole à Barcelone. C’était juste un soutien sur les meetings. Cela montre notre capacité d’adaptation dans un championnat GT qui fait office de référence. C’est important pour nous de garder un pied en GT. Nous n’avons pas quitté le GT par désamour, mais juste par manque d’opportunité. »

 

Le LM P3 va permettre de diversifier les activités…

« Norma s’est rapproché de TDS Racing et nous sommes très contents de relever le défi LM P3. Le projet nous a plu et on connaît les qualités de Norbert Santos et son équipe. Il y a différentes façons d’arriver en LM P2 et la catégorie LM P3 en est une. Nous allons proposer un niveau équivalent en P3 qu’en P2 avec la même envie de gagner. »

 

L’équipe se sent bien en ELMS ?

« Le championnat nous plaît et nous sommes parmi les équipes les plus fidèles. C’est important pour nous d’y être. Si nous parvenons à aller en FIA WEC, ce sera grâce au travail fourni en ELMS. Que ce soit l’un ou l’autre championnat, il faut que tout soit réuni pour gagner. »